VOTE | 317 fans
Rejoins notre web-communauté pour une expérience sans pubs ! C'est fun et gratuit ;-) Inscription

#209 : Les condamnés



 

 

 

Eric est blessé et Sookie lui donne son sang, malgré la consternation de Bill. Plus tard, Sookie et Jason réfléchissent à leurs récentes aventures et se rapprochent. Blâmant Eggs pour le comportement de Tara, Lafayette et Letti Mae essayent de trouver une façon d’extirper Tara des griffes de Maryann. Hoyt defend sa relation avec Jessica. À Dallas, Eric et les autres vampires défendent leurs actions récentes à Nan Flanagan et sont choqués quand Godric décide de tout prendre sur son dos.

 

Popularité


4.75 - 4 votes

Titre VO
I Will Rise Up

Titre VF
Les condamnés

Première diffusion
16.08.2009

Première diffusion en France
29.12.2009

Vidéos

Promo 209 - I Will Rise Up

Promo 209 - I Will Rise Up

  

209 Goodbye Godric

209 Goodbye Godric

  

Maryann, Tara et Eggs

Maryann, Tara et Eggs

  

Jessica rencontre la mère de Hoyt

Jessica rencontre la mère de Hoyt

  

Plus de détails

Écrit par : Nancy Oliver

Réalisé par : Scott Winant

Cast & Guest : Simone Bargetze (Femme enfermée), Alice Ensor (Customer #1), Valorie Hubbard (Random Frenzier), Shaun W. Loeser (Soldier of the Sun), Jim Parrack (Hoyt Fortenberry), Deborah Ann Woll (Jessica Hamby)

Luke arrive à la fête et demande l’attention de tout le monde.

Bill, à l’extérieur avec Lorena, lui dit qu’elle n’existe plus pour lui. Elle s’en va, en pleurs.

Luke leur dit qu’il a un message de la part de Steve Newlin et ouvre sa veste. Son torse est entouré d’explosifs et de chaines en argent. Il fait exploser l’endroit. Bill voit l’explosion et s’y rend.

A l’intérieur, tout est détruit et tout le monde crie et ne voit rien. Bill cherche Sookie. Il la trouve, Eric sur elle. Eric dit à Bill qu’il la couverte et d’aller capturer les humains.

Bill retrouve deux hommes des Soldiers of the Sun  en train de s’enfuir en voiture. Il sort l’un de d’eux de la voiture, le jette à terre  et le mord. L’autre s’enfuit.

 

Générique

 

Isabel regarde les corps par terre et enlève les chaines des corps des gens. Godric regarde le spectacle autour de lui.

Sookie repousse Eric d’elle ; elle ne peut pas respirer. Elle crie le prénom de son frère. Elle le voit un peu plus loin, il va bien. Sookie retourne son attention vers Eric est dans un mauvais état. Il a des chaines d’argent sur son corps. Sookie veut chercher Godric mais Eric lui répond qu’ils n’ont pas assez de temps. Il est en train de mourir et lui demande de l’aide, il veut qu’elle lui enlève les morceaux d’argent. Avec sa bouche, elle commence par enlever le morceau sur son cou puis sur son torse. En enlevant les morceaux, elle se nourrit de son sang.

Bill s’est nourri de l’homme mais ne le tue pas et le laisse partir.

Jason voit qu’il ne reste de Luke que sa main, baignée dans du sang.

Isabel va vers Godric qui lui demande qui est mort. Stan, Paolo, Katherine et deux compagnons humains sont morts.

Bill retourne à l’intérieur et voit Sookie sucer le sang d’Eric et recracher les morceaux d’argent.  Il veut savoir ce qu’elle fait et elle lui explique. Eric dit à Bill qu’elle était superbe. Bill dit à Sookie qu’Eric n’était pas en danger ; il était déjà en train de guérir et les morceaux sortaient seuls. En forçant Sookie à le sauver, Eric la forçait à boire de son sang. A présent, Eric et Sookie sont connectés et il est capable de ressentir ses émotions. Sookie est énervée et insulte Eric. Elle va ensuite se blottir dans les bras de son petit ami. Elle dit à Eric qu’elle ne fera jamais plus rien pour lui et le traite de monstre. Elle pleur, Bill la console et Eric se relève à une vitesse vampirique.

Isabel demande l’attention de tout le monde. Godric les prévient que les membres de la Fellowship risquent de revenir et que l’hôtel Carmilla a été prévenu et a mis en place un système de sécurité.

Les gens s’en vont alors que Godric reste seul, debout, au milieu de la pièce. Sookie et Bill s’en vont aussi sans un mot pour Eric. Godric s’en va à son tour.

 

Bill est dans sa chambre d’hôtel. Sookie sort de la salle de bain, s’en voulant. Bill la console et lui dit que ce n’était pas de sa faute. Pour Sookie, le pire c’est qu’Eric saura toujours ce qu’elle ressent et où elle se trouve mais Bill lui dit que ce n’est pas le pire. Elle se sentira attirée par Eric sexuellement et voudra de lui. Sookie ne veut pas le croire, disant qu’elle ne peut pas supporter Eric. C’est une des conséquences de prendre du sang et Bill lui dit qu’un jour ou l’autre, Sookie se retrouvera avec Eric.

 

Jessica et Hoyt sont assis sur le canapé, chez Bill. Elle essaye de trouver une solution à son problème de virginité éternelle. Elle pense à une opération. Hoyt lui dit qu’ils trouveront une solution. Elle lui dit qu’il devrait rompre avec elle. Il lui répond qu’elle est la seule personne qui ne se soit jamais moquée de lui et qu’il ne veut plus l’entendre parler de rupture. Elle lui promet de ne plus jamais le faire. Jessica compte beaucoup pour Hoyt et il veut qu’elle rencontre sa mère. Jessica est toute excitée mais Hoyt la calme et la prévient que Maxine déteste les vampires et qu’elle risque de lui poser plein de questions ou de ne pas lui parler du tout. Jessica est juste contente de rencontrer un membre de la famille de Hoyt et il lui dit qu’il est fier qu’elle soit sa petite amie. Ils s’embrassent. Le sommeil commence à se lever et Jessica a sommeil. Elle lui dit qu’il est le garçon le plus gentil du monde et qu’il est trop bien pour elle. Ils se souhaitent bonne nuit et elle rentre dormir. Hoyt s’assoit contre la porte.

 

Tara et Eggs sont assis à la table de la cuisine en train de petit-déjeuner lorsque Maryann entre, tout sourire, des fleurs dans un panier en paille en mains. Tara est de ce qui s’est passé lors de la fête et n’aime pas ne pas se contrôler. Maryann ne comprend pas que les deux jeunes n’aiment pas se laisser aller. Maryann leur parle de religion et de se laisser aller complètement et perdre le contrôle de soi pour se réunir avec son Dieu.

 

Sam est en prison. Lorsque Bud passe par devant, les prisonnier de l’autre cellule lui crient de les laisser sortir et clament n’avoir rien fait. Sam est énervé et lui crie qu’il n’a aucun droit le garder enfermé. Bud s’en va sans leur répondre.

 

Bill dort encore et Sookie se lève du lit et va dans la chambre de Jason. Elle n’arrive pas à dormir et son frère la laisse entrer. Ils sont assis sur le lit et discutent. Jason lui parle de la Fellowship et de comment ils le faisaient se sentir bien et aimé. Sookie le rassure en lui disant qu’à Bon Temps, tout le monde l’aimait mais il lui répond que les habitants l’aimait pour ce qu’il avait – sa beauté, sa force, son sex appeal -  et pas ce qu’il était. Il lui parle des Soldiers of the Sun et elle lui demande s’il a réfléchi à ce que leur grand-mère aurait pensé d’un groupe comme la Fellowship of the Sun. Il ne veut pas parler d’elle pour ne pas souffrir. Sa sœur lui répond qu’il faut parler d’elle, même si ça fait mal et ne pas la faire vivre à travers eux. Jason rajoute leurs parents et lui dit qu’ils n’ont plus de famille, qu’ils sont tous morts. Sookie lui répond qu’elle et lui doivent grandir, se soutenir et être bien l’un envers l’autre. Jason s’excuse de tout ce qu’il a fait et se traite de stupide. Elle lui dit que ce n’est pas de la stupidité mais de la paresse. Il pense qu’il peut essayer d’être mieux. Elle s’excuse aussi de ce qu’elle lui a fait et ils se disent qu’ils s’aiment. Sookie allume la télé et tombent sur Steve et Sarah contre Nan Flanagan. Ils s’affrontent. Steve et Sarah défendent les actions de la Fellowship alors que Nan Flanagan les accuse.

 

Au Merlotte’s, Arlene s’énerve contre une cliente et lui reprend son assiette, ainsi que celle de son amie. Elle répond au téléphone, c’est sa fille, Lisa, qui ne sait pas comment réchauffer son déjeuner. Arlene gronde sa fille et raccroche. Lafayette arrive et lui sert un verre. Elle lui parle de la mort de Daphne, et de celle qui a eu lieu dans le parking du Merlotte’s (Miss Jeanette) et lui demande quand tout va s’arrêter. Lafayette lui dit qu’il prendront soin l’un de l’autre.

Terry a finit de préparer une commande et Arlene va la chercher. Elle pleur et veut qu’il lui parle. Elle pense que ce qu’ils ont fait le soir de la fête est affreux mais il ne se souvient de rien et elle non plus. Ils sont sur le point de s’embrasser lorsqu’une cliente crie qu’elle veut son repas. Arlene s’en va avec les plats après avoir dit à Terry qu’elle le verra plus tard.

Eggs et Tara arrivent au Merlotte’s. Lafayette voit une blessure sur le visage de Tara et veut savoir ce que Eggs lui a fait mais Tara le défend et lui dit qu’elle ne sait pas ce qui lui est arrivé mais que ce n’est pas Eggs. Eggs et Lafayette se disputent devant tous les clients et Lafayette dit à Tara qu’Eggs ne va pas changer pour elle. Eggs veut battre Lafayette mais c’est Tara qui reçoit le coup. Les deux hommes veulent se battre mais Tara les sépare et sort avec son petit ami. Tous les clients applaudissent et Lafayette les insulte.

 

Maxine dit à son fils que jamais il ne serait parti comme ça, sans rien dire. Ils sont à la cuisine et elle prépare à manger. Elle lui dit que du jour au lendemain, il a changé et que son père ne serait pas fier de lui. Elle veut son gentil fils de retour. Elle considère qu’elle n’a rien fait pour mériter ce qui lui arrive et se demande comment il peut être avec un vampire. Son fils lui demande pourquoi elle a tellement de haine en elle et lui énumère toutes les sortes de personnes qu’elle déteste. Il défend Jessica et lui dit que c’est la bonne. Il dit à sa mère qu’il veut qu’elle rencontre Jessica et que si elle n’accepte pas leur relation, il s’en ira.  Pour elle, il est toujours son enfant mais Hoyt lui crie qu’il n’est plus un enfant mais un homme. Il prend à manger et s’en va. Maxine pleur.

 

Sookie est dans le lit avec Eric, tous deux nus. Ils parlent d’amour, de vampires. Eric lui dit qu’elle ferait n’importe quoi pour les gens qu’elle aime, Jason, lui. Elle entend Lorena ajouter le prénom de Bill. Lorena est assise sur une chaise. Sookie lui demande où est Bill et Lorena lui répond qu’elle l’a déjà abandonné. Sookie lui dit qu’elle aime Bill. Eric embrasse Sookie et elle reporte son attention vers lui. Ils continuent à parler et elle lui dit qu’il y a de l’amour en lui. Il lui répond qu’il n’en a que pour elle et ils s’embrassent. Lorena dit à Sookie que Bill ne signifie rien pour elle (Sookie) et Sookie lui répond que non. Eric dit à Sookie que ce n’est que le début et l’embrasse et ils font l’amour. Lorena rit.

Mais ce n’est qu’un rêve. Sookie est dans le lit avec Bill qui dort. Elle lui prend la main.

 

Maryann arrive au commissariat et les gens de la fête pensent qu’elle est venue les chercher. Elle appelle Bud. Les personnes emprisonnées sont contentes qu’elle soit là. Le shérif va la rejoindre. Sam est le seul à ne pas être content. Il voit un insecte entrer dans sa cellule.

Maryann dit à Bud qu’il a l’air épuisé. Il lui explique que la plupart des habitants de Bon Temps emprisonnés ont fait la fête mais qu’aucun ne se rappelle de ce qui s’est passé. Elle propose de l’aider à leur parler. Il accepte et lui demande ce qu’elle veut en contrepartie. Elle lui dit qu’elle a entendu que Sam était là et qu’elle veut qu’il sorte. Elle masse Bud et tremble un peu. Il a les yeux noirs et elle lui ordonne de rester assis. Elle prend les clefs de prison et y va. Elle demande Sam Merlotte. Dans sa cellule, il n’y a que ses vêtements (on devine qu’il s’est transformé en l’insecte qu’il a vu plus tôt). Maryann est très énervée. Elle fait sortir tous les autres qui sont fous de joie.

 

Au Merlotte’s, Hoyt, Maxine et Jessica sont assis à une table. Jessica dit à Maxine qu’elle est contente de la rencontrer et la complimente sur ce qu’elle porte. Maxine dit à Jessica que Hoyt est un garçon bien. Elle veut rencontrer la famille de Jessica qui lui explique qu’elle a été transformée contre son gré et qu’elle n’a plus de famille à part Hoyt. Maxine est désolée pour Jessica mais lui dit que Hoyt a un avenir devant lui et qu’elle ne va pas le laisser vivre la nuit avec une vampire orpheline. Jessica sort ses crocs et Maxine la prévient qu’elle se battra pour ce qui est le mieux pour son fils. Jessica pense qu’elle peut donner à Hoyt tout ce qu’une humaine lui donnerait mais Maxine lui dit qu’elle ne peut pas lui donner des enfants. Jessica rentre ses crocs et s’en va en pleurs. Hoyt la rejoint et ils s’en vont après répondu à sa mère qu’il ne reviendra jamais à la maison. Maxine commande une autre bière.

 

Eggs, Tara et Maryann jouent aux cartes chez Sookie. Lafayette et Letti Mae arrivent. Maryann amène de l’alcool et se moque de Letti Mae. Letti Mae et Lafayette veulent ramener Tara avec eux. Les yeux de Tara sont tout noirs. Ceux de Eggs le deviennent aussi. Tara va vers sa mère et se bat contre elle. Eggs et Lafayette se battent. Maryann les regarde, contente. Lafayette enlève Tara et lui et Letti Mae la prennent avec eux. Tara crie. Eggs essaye de les en empêcher mais Maryann le retient et lui dit qu’elle reviendra et qu’elle les amènera avec elle. Ils rentrent à la maison.

 

Nan, Godric, Bill, Sookie, Isabel et deux autres vampires sont dans une chambre d’hôtel. Nana Flanagan gronde Godric et les autres pour ce qui est arrivé. Elle veut savoir ce qui est arrivé à Godric. Il lui dit qu’un jour ou l’autre, la Fellowship aurait fini par avoir un vampire et qu’il s’est offert à eux. Il prend la responsabilité de tout ce qui est arrivé. Eric insulte Nan qui le fait taire. Elle renvoie Godric qui n’est donc plus shérif. Il accepte sans protester et propose qu’Isabel le remplace. Isabel veut que Godric se défende et Eric est contre le fait qu’Isabel prenne le pouvoir. Isabel dit que c’est de sa faute mais Godric la fait taire et démissionne. Sookie veut intervenir mais Bill l’en empêche. Elle lui dit qu’elle a une dette envers Godric et s’adresse à Nan. Elle lui apprend que Godric l’a sauvé d’un violeur qui l’aurait probablement aussi tuée et qu’il a sauvé des humains. Elle lui dit qu’elle devrait le remercier. Nan énonce ce que Godric a fait de mal et Eric se lève, énervé. Isabel le retient et Godric ne veut pas qu’il intervienne. Il se rassoit. Nan demande à Godric de tout lui raconter en détails.

 

Au Merlotte’s, Maxine boit bière après bière et se plaint de son fils. Maryann entre au bar et demande où est Sam. Arlene dit qu’il n’était pas là de toute la journée. Les yeux de tous les clients sont noirs. Elle leur dit de le lui chercher.

 

Andy boit et regarde la télé lorsque quelqu’un sonne à la porte. C’est Sam. Andy el laisse entrer.

 

Godric s’excuse de tout ce qu’il a fait et de tous les morts, humains et vampires. Nan veut qu’il vienne avec elle signer son témoignage. Eric veut l’en empêcher mais Godric s’en va.

Bill frappe Eric qui lui dit que c’est fait et qu’il (Eric) est une partie d’elle (Sookie) maintenant. Eric s’en va.

Sookie prévient Bill qu’elle va trouver Godric. Bill pense que ça ne les regarde pas mais elle veut aider Godric. Bill accepte et veut venir avec elle mais il fera bientôt jour et elle ne peut pas le laisser l’accompagner. Elle ne sait pas ce qu’elle fera mais elle veut juste être là-bas pour Godric. Elle s’en va.

Sookie rejoint Eric et Godric sur le toi. Eric essaye de convaincre Godric de ne pas mourir au soleil. Il lui dit qu’il le gardera en vie par force. Eric pleure et le supplie de ne pas mourir. Il tombe à genoux devant Godric qui lui dit « Father, Brother, Son » et lui demande de le laisser s’en aller. Eric lui répond qu’il ne le laissera pas mourir seul. Godric lui répond que si et met sa main sur l’épaule d’Eric. En tant que créateur, il lui ordonne de s’en aller. Eric s’en va. Sookie lui dit qu’elle restera avec Godric. Eric est parti.

Godric dit à Sookie que ça ne prendra pas beaucoup de temps, à son âge. Godric lui dit ensuite qu’il pensait qu’en se sacrifiant (en se donnant à la Fellowship) tout s’arrangerait et qu’il ne pense plus comme un vampire. Il lui demande si elle croit en Dieu. Elle lui répond que oui. Il lui demande alors comment Dieu le punira. Sookie lui dit que Dieu ne punit pas mais qu’il pardonne. Godric pense qu’il ne le mérite pas mais qu’il l’espère. Il lui demande ensuite si elle prendra soin d’Eric mais elle lui dit qu’elle ne sait pas. Elle lui demande s’il a très peur et il lui répond en souriant que non et qu’il est content. Il veut bruler. Sookie a peur pour lui. Elle pleur. Le soleil commence à se lever. Sookie s’éloigne un peu de lui et il s’avance vers le bord du toi et enlève sa veste. Sookie le regarde bruler, en pleurs. Il a disparu. 

Scène 1 : A la fête de Godric – Luke, Jason, Sookie, Bill, Godric, Isabel, des humains

 

Luke : T’occupe pas de ça, Stackhouse. J’ai rien à te dire.

Jason : Mec, qu’est-ce qui… ?

Luke : Va-t-en ! (Il parle fort) Excusez-moi ! Pourrais-je avoir votre attention s’il vous plait.

 

A l’extérieur de la maison : Bill et Lorena

Bill : Ca n’a pas d’importance si on se revoit. Tu es peut être immortelle, Lorena, mais tu es morte à mes yeux.

Lorena : J’aurais aimé que tu ne dises pas cela.

Lorena s’en va.

 

De retour dans la maison :

Luke : Et j’ai un message pour vous de la part du Révérend Steve Newlin.

Il ouvre sa veste. Une bombe et des chaines en argent sont accrochées autour de son buste. Il appuie sur un bouton ; tout explose.

Bill cours vers la maison.

Bill : Sookie ? Sookie ?

Sookie est par terre. Eric est sur elle.

Sookie : Bill.

Eric : Je l’ai protégée, elle est juste sonnée. Attrape les humains.

 

Deux humains essayent de s’échapper. Ils courent vers leur voiture.

Homme 1 : Monte, monte. Allez. On y va ! Allez ! Allez. Vite ! Monte. Allez. Allez.

Bill apparaît et sort le deuxième homme de la voiture.

Homme 2 : On ne pensait pas qu’il le ferait vraiment.

Bill : Trop tard.

Bill le mord.

 

Générique

 

Dans la maison :

Isabel enlève quelque chose de la jambe d’un homme.

Isabel : Ugh.

 

Sookie (à Eric) : Je n’arrive pas à respirer, tu pèses une tonne. Jason ? Jason ?

Sookie pousse Eric. Jason est en vie.

Jason : Ouais, je vais bien.

Sookie (regardant Eric) : Uh-oh

Eric : Je devais te protéger.

Sookie : Et bien, dépêche-toi de te guérir, qu’est-ce que tu attends ?

Eric : Je ne peux pas. L’argent…

Sookie : Je vais chercher Godric.

Eric : Pas le temps. Aspire-le.

Sookie : Eric, je ne peux pas, c’est dégoûtant et c’est… toi.

Eric : Je… meurs…

Sookie : Oh, fils de… ! (elle aspire un bout d’argent du cou d’Eric) Je l’ai eu !

Eric : L’autre.

Sookie : Tu te fiches de moi ? Ugh. (Elle enlève l’autre)

 

Homme 2 : Oh mon Dieu, oh mon Dieu…

Bill : Dis aux lâches qui te dirigent, aux lâches qui envoient des enfants à la mort,  qu’un vampire a montré de la pitié alors qu’eux, non.

L’homme s’enfuit.

 

Dans la maison :

Jason : Luke.

 

Godric : Qui est mort ?

Isabel : Stan, Paolo, Catherine, deux compagnons humains…

 

Quelqu’un : On dirait que ce n’était pas une très bonne bombe.

 

Bill arrive et regarde Sookie boire du sang d’Eric.

Bill : Qu’est-ce que tu fais ?

Sookie : J’ai aspiré l’argent hors de la poitrine d’Eric et je lui ai sauvé la vie, même si je n’en avais vraiment pas envie.

Eric : Elle a été géniale.

Bill : Eric n’était pas en danger.

Sookie : Il… quoi ?

Eric : Un tout petit mensonge.

Bill : Il était déjà en train de guérir. Les balles seraient sorties d’elles-mêmes. En faisant ça, il t’a forcée à boire son sang.

Sookie : Non. Non, non.

Bill : Tu es connectée. Il sera capable de sentir tes émotions.

Sookie (à Eric) : T’es un gros menteur !

Eric : Bill, tu as raison, je crois que je peux sentir ses émotions. Mignon.

Sookie : Je ne ferai plus jamais rien pour toi. Monstre !

Bill : Ce n’est pas ta faute.

Eric : Je crois que je vais pleurer.

 

Isabel (à voix haute) : S’il vous plait !

Jason : Hey ! Ecoutez tous.

Godric : Ils pourraient revenir. Allez à l’hôtel Carmilla, ils ont été prévenus, la sécurité est en place.

 

Ils s’en vont tous.

 

 

Scène 2 : Hôtel Carmilla – Sookie, Bill

 

Sookie : Je me botterais les fesses ! Je suis tellement stupide, je n’ai pas réfléchi.

Bill : Il a pris des balles pour toi. Au moins, nous en sommes tous les deux sortis vivants.

Sookie : J’aurais dû savoir qu’il ne fait pas croire un seul mot qui sort de la bouche de cet homme. J’ai sucé sa poitrine. Qu’est-ce qui ne va pas chez moi ?

Bill : Eric a eu 1000 ans pour s’entrainer à duper les gens. Il a menti pour me prouver sa puissance. Il a compté sur ta bonté, il n’y a pas à en avoir honte.

Sookie : Mais son sang, Bill. J’ai essayé de tout recracher, vraiment, mais j’ai dû en avaler un peu.

Bill : Il ne suffit que d’une ou deux gouttes.

Sookie : Il saura toujours où je suis et comment je me sens, tout le temps. C’est pire que tout.

Bill : Non, pas le pire.

Sookie : Que veux-tu dire ?

Bill : Ne t’étonne pas si tu te sens… attirée par lui. Sexuellement.

Sookie : Eric ? C’est impossible, je… je ne le supporte pas.

Bill : C’est possible. C’est une autre conséquence due au sang. Ca pourrait arriver tôt ou tard. Il était déterminé à créer ce lien avec toi.

Sookie : Je pourrais le tuer.

Bill : Je suis d’accord.

 

 

Scène 3 : Chez Bill – Jessica, Hoyt

 

Jessica : Peut-être que je m’y habituerais. Ou peut-être qu’il existe une opération. Je ne peux pas être le seul vampire vierge.

Hoyt : Tu sais, la pénétration n’est pas le seul moyen de faire l’amour.

Jessica : Mais je veux des pénétrations.

Hoyt : Oui, bien sûr. Nous pourrons tout faire quand nous découvrirons comment le faire.

Jessica : Tu devrais rompre avec moi.

Hoyt : Bon sang, non. Ce truc qui repousse, ce n’est qu’un truc. Je ne suis pas parfait non plus. Les gens se moquent de moi. Même mes amis, mais toi, jamais. Je ne veux plus jamais t’entendre parler de rupture.

Jessica : Je ne le ferais plus, promis.

Hoyt : En fait, tu représente tellement pour moi, que je veux te présenter ma mère.

Jessica : Tu le penses vraiment ? Hoyt.

Hoyt : Ouais.

Jessica : Hoyt, personne n’a jamais voulu me présenter à quelqu’un.

Hoyt : Ne t’excite pas trop. Ecoute, elle déteste les vampires et elle va te poser plein de questions personnelles ou alors elle pourrait ne pas te parler du tout, et si c’est le cas, tu aurais de la chance.

Jessica : Eh bien, je me fiche de ce qu’elle fera. Tu me présentes à ta famille, je n’en avais jamais espéré autant.

Hoyt : Je suis fier que tu sois ma copine.

Jessica : Le soleil se lève. Je suppose qu’il est temps que j’aille dans ce foutu cagibi.

Hoyt : Je viens avec toi.

Jessica : Non, s’il te plait, ce… ce n’est pas très confortable.

Hoyt : Je vais devoir nous construire un deux places.

Jessica : C’est tellement romantique.

Hoyt : Mais, pour l’instant, je vais m’asseoir ici jusqu'à ce que tu t’endormes.

Jessica : Tu es le plus gentil garçon du monde. Et tu es trop bien pour moi.

Hoyt : Ca n’existe pas ça.

Jessica : Bonne nuit.

Hoyt : Bonne nuit. Je vais chanter pour que tu saches que… je suis là.

Elle entre dans son cagibi.

Hoyt (en chantant) : My sweet vampire.

 

 

Scène 4 : Chez Sookie – Tara, Eggs, Maryann

 

Maryann : Oh mon Dieu, vous avez bu beaucoup cette fois ?

Tara : Rien du tout, d’aussi loin que je m’en souvienne.

Eggs : Pareil pour moi.

Maryann : Vous avez dû tomber sur de l’acide, ça circulait un peu partout. Les Hippies…

Eggs : Ce n’est pas drôle.

Tara : C’est gênant, voilà ce que c’est.

Maryann : Je ne comprendrai jamais ça. Pourquoi être gêné d’avoir pris du plaisir et d’avoir ri ? Pourquoi avoir honte de se laisser aller ?

Tara : Parce que je n’ai jamais été incapable de me contrôler.

Maryann : Le contrôle… le contrôle est juste une cage que cette stupide culture a l’habitude de fermer pour cacher notre vraie nature. On a besoin d’être incontrôlable. On en meurt d’envie.

Tara : Mais il faut qu’il y ait une sorte de contrôle sinon tout ne serait que chaos.

Maryann : Ca me semble bien.

Eggs : J’aime qu’il y ait un peu de chaos.

Maryann : Bien sûr que tu aimes ça. Tout le monde aime ça. Mais personne ne l’admet.

Tara : Je ne veux plus avoir de trous noirs.

Maryann : Tu crois que c’est ça ? Parce que j’ai une petite théorie sur les trous noirs. Peut être que tu t’es élevée à un haut niveau de conscience.

Tara : On est tous amochés. Il n’y a rien de plus que ça à part le fait que nous devions être défoncés. Ma mère a eu des trous noirs pendant des mois à un moment,  je suis une experte des trous noirs.

Maryann : Vraiment ?

Tara : Absolument.

Maryann : Qu’en est-il des saints de l’Inde ? Qu’en est-il du mystique de chaque religion ?

Eggs : Qu’en est-il ?

Maryann : Ils avaient des trous noirs. Courraient et dansaient dans les rues, lévitaient, agissaient comme des singes, courraient nus. Tout le monde pensant qu’ils étaient fous.

Tara : Ils étaient fous.

Maryann : Non, Tara. Ils étaient transcendés. Toutes ces conneries de fausses civilisations se sont juste dissipées pour qu’ils puissent se dissoudre dans l’infini. Pour qu’ils puissent se perdre et s’unir à leur Dieu.

Tara : Oh.

Maryann : Regarde-toi. Quelques bosses et bleus. C’est un petit prix à payer pour le bonheur. Quelqu’un veut un Bloody Mary ?

 

 

Scène 5 : En prison – Sam, Mike Spencer, Bud, Jane

 

Mike : Allez, Bud. Relâche-nous.

Jane : Tout ce que j’ai fait c’est perdre mon pantalon, il n’y a aucune loi contre ça.

Bud : Je n’ai eu que ta parole sur le fait que je m’accouplais avec un sapin.

Jane : On n’a rien fait ! Laisse-nous sortir !

Sam : Tu n’as aucune preuve, Bud. Tu n’as pas le droit de me garder enfermé.

 

 

Scène 6 : Hôtel Carmilla – Sookie, Jason, Steve, Sarah, Nan

 

Bill dort. Sookie est dans son lit. Elle va dans la chambre de Jason.

Jason : Oh.

Sookie : Je n’arrive pas à dormir.

Jason : Bienvenue au club. (Ils sont sur le lit) Ils m’ont fait croire que je valais quelque chose.

Sookie : Tu étais une star à Bon Temps. J’étais le bouche-trou. Tout le monde pensait que tu décrochais la lune.

Jason : Non, ce n’est pas vrai. Et bien, ils aiment mes muscles et mon apparence, mes capacités sexuelles, mais ils ne m’aiment pas pour ce que je suis vraiment. Steve et Sarah, et bien, ils agissaient comme si c’était le cas, avant d’essayer de me tuer. Ils m’ont remis les idées en place en me faisant penser à… d’autres trucs.

Sookie : Quels autres trucs ? Mais les Soldats du Soleil ? Seigneur… As-tu pensé pendant une seconde à ce que grand-mère dirait ? Des flingues et des kamikazes…

Jason : Ne… ne parle pas de Grand-mère. Je ne veux plus parler d’elle. Je ne peux pas.

Sookie : Pourquoi ?

Jason : Parce que je ne… parce que je ne veux plus rien ressentir.

Sookie : Mais nous devons parler d’elle. On ne peut pas s’empêcher de penser à elle ou de l’aimer parce que ça fait trop mal. Elle n’aurait jamais cessé de nous aimer, non ?

Jason : Non.

Sookie : Nous la garderons en vie dans nos cœurs et nos prières et c’est comme ça que ça doit se passer.

Jason : Et maman et papa.

Sookie : Maman et papa… et Grand-mère.

Jason : Notre famille entière n’est plus de ce monde, Sook. Tous ceux qui comptaient… nous sommes seuls. Nous sommes tout ce qu’il reste.

Sookie : Alors tu sais ce qu’on va faire ? On va mûrir, on va rester collés ensemble et on va être bon l’un envers l’autre ou alors ce serait les laisser tomber.

Jason : Ouais. Hey. Sook, je suis désolé pour… tout ce que je t’ai fait. Je ne suis qu’un pauvre con.

Sookie : Ouais, mais tu ne le serais pas si tu utilisais ton cerveau au lieu de simplement le laisser occuper ton crâne. Tu n’es pas idiot, tu es paresseux.

Jason : Tu crois ? Je… je pourrais essayer, je pense…

Sookie : Je suis désolée aussi. Je t’ai toujours aimé, Jason, même quand je voulais te coller la tête dans un seau et frapper dedans.

Jason : Et je t’aime, même si j’aimerai que tu cuisine un peu plus pour moi et que tu sois normale, avec un petit copain normal.

Sookie : Je n’ai jamais rien dit sur le fait d’être normale. Nous sommes comme nous sommes.

Jason : Je suis épuisé maintenant.

Sookie : Moi aussi.

Sookie allume la télé. Il y a une émission avec Steve et Sarah.

Steve : Puisse cette lumière bénite briller sur vous…

Jason : Tu le crois ça, ils sont déjà à la tv.

Nan : Vous avez kidnappé un membre important de notre communauté.

Sarah : Il était volontaire.

Sookie : Vraiment ?

Jason : Je ne savais même pas qu’il était là.

Steve : … ce n’est pas un crime.

Sarah : Il est venu nous voir.

Nan : Evidemment, tout le monde veut se faire réduire en cendre par un pieu… Vous avez utilisé votre institution religieuse exempte d’impôts comme un groupe terroriste anti-vampires.

Steve : La Constitution nous donne le droit de nous défendre.

Nan : Vous nous avez attaqués.

Steve : Vous avez tué mon père.

Nan : Ce n’est qu’une supposition, ça c’est un fait : vous et votre église avez armé un kamikaze qui a tué des vampires et des humains.

Sarah : Nous nous battons pour la terre de Dieu et, le jour, Noel et les œufs de Pâques et tout ce qui est sacré et bon. Nous nous battons pour…

Steve : … les droits des humains. Les Droits Humains.

Sarah : Puis-je aller au bout de ma pensée ?

Steve : Quoi ? Tu avais fini.

Sarah : S’il n’est pas le centre d’attention, il perd la boule.

Sookie : Ils sont cinglés.

Nan : Comment voulez-vous discuter avec ces gens-là ?

Steve : Tu devrais lire Saint Paul, ma petite.

Sarah : Je déteste tes cheveux.

Jason : Une sorcière et un fils de pute. Allez vous faire foutre les Newlins.

Sookie : Ouais…

 

 

Scène 7 : Au Merlotte’s – Arlene, Clients, Lafayette, Terry, Eggs, Tara

 

Cliente 1 : Maintenant pouvons-nous voir le congélateur ?

Arlene : Pourquoi ?

Cliente 1 : Celui où ils ont trouvé cette femme qui n’avait plus de cœur.

Arlene : C’était dans une chambre froide et vous n’êtes qu’une sale rapace ! Allez vous trouver des bestioles écrasées, parce que vous ne mangerez pas ici !

Arlene reprend les plats des clientes.

 

Arlene : Qu’est-ce que vous voulez ?

Client 2 : Un couteau, une fourchette et une cuillère, si ça ne vous ennuie pas trop.

Arlene : Ils sont à l’arrière, allez les chercher vous-même. J’aurais besoin d’aide par ici ! (Elle répond au téléphone) Le Merlotte’s, dépêchez-vous. Lisa, le déjeuner c’est ton travail, tu as un micro-onde, c’est tout ce dont tu as besoin. Oh, allez, Coby mangerait de la pâtée pour chat si tu mettais de la mayonnaise dessus. Maman doit travailler. (Elle raccroche. Lafayette arrive) Je vais te dire, j’ai peur putain. Daphne, oh mon Dieux. Elle était maladroite, stupide et méchante, mais je ne souhaiterais pas cette mort à un opossum. Et cette pauvre âme sur le parking ?

Lafayette : Ouais.

Arlene : Et s’il y avait une malédiction dans l’air ?

Lafayette : Je ferai attention à toi si tu fais de même pour moi.

Arlene : Quand ça va s’arrêter ?

 

Terry : Commande prête… je crois.

Arlene : Terry. Terry, essaie de ne pas être aussi bizarre que d’habitude. S’il te plait. Parle-me. Si ce qu’on a fait était aussi terrible…

Terry : Non, non, Arlene, ne pleure pas. Je ne voulais pas te paraître bizarre. C’est juste que je ne sais pas ce qu’on a fait.

Arlene : Et bien, on a fait l’amour. Non ?

Terry : On l’a fait ?

Arlene : Tu… tu ne te souviens pas ?

Terry : Ne le prend pas mal mais… non.

Arlene : Moi non plus. Je veux dire, je n’en suis pas certaine.

Terry : C’est une bonne nouvelle ?

Arlene : Je ne sais pas et je m’en fiche tant que tu n’es pas fâché contre moi.

Terry : Pour te dire la vérité,  je ne me souviens pas de la dernière fois où j’ai fait l’amour.

Arlene : Embrasse-moi.

Cliente 3 en criant : Où est mon maïs ? Allez maintenant, je ne vais pas attendre indéfiniment !

Arlene : Okay.

Cliente 3 en criant : Je veux mon putain de maïs !

Arlene : A plus tard.

 

Tara et Eggs arrivent au Merlottte’s.

Eggs (en ouvrant la porte à Tara) : Je m’en occupe.

Tara (à Lafayette) : Je sais, je suis en retard.

Eggs : Lafayette.

Tara : Vas-y, prends les commandes.

Eggs : D’accord, bébé.

Lafayette va vers eux et touche le visage de Tara.

Tara : Arrête.           

Lafayette : Qu’est-ce que c’est que ça putain ?

Tara : Il ne m’a rien fait. Je ne sais pas ce qu’il est passé mais il n’y est pour rien.

Lafayette : Comment ça tu ne sais pas ce qu’il s’est passé putain ? Ne me raconte pas de conneries. Qu’est-ce que tu lui as fait ?

Eggs : Ne m’accuse pas. Je ne frappe pas les femmes.

Tara : C’est un accident.

Lafayette : Tu as levé la main sur ma cousine enculé ? Je vais te montrer ce que c’est que de se faire botter le cul.

Eggs : Tu pourrais retirer ce mascara avant ?

Tara : Lafayette, arrête !

Lafayette : Tu t’es fait tabasser ensuite tu sors et tu viens avec cet enculé. C’est un poison. Il ne changera jamais. Et il pourrait t’achever.

Eggs : Prends ça, fils de pute… !

Tara : Ca suffit ! Arrêtez !

Lafayette :  Je devrais te…

Eggs : S’il te plait vas-y !

Tara : On s’en va !

Eggs : Fais-le !

Tara : Eggs, ça suffit !

Tara et Eggs s’en vont.

 

Lafayette : Qu’est-ce que vous regardez tous, bande de trous de cul ?

 

 

Scène 8 : La maison des Fortenberry – Maxine, Hoyt

 

Maxine : Mon Hoyt ne serait jamais parti à Dallas sans dire un mot et avec tous ces meurtres dans les parages. Mon Hoyt ne m’aurait jamais laissé m’inquiéter en me faisant penser qu’il était mort. Ou pire.

Hoyt : Avec un vampire ? Continue, dis ce que tu penses !

Maxine : Tu vois ce que je veux dire ? Tout à coup, tu es une personne différente.

Maxine : Et bien, je veux être quelqu’un de différent.

Maxine : Qu’est-ce que tu crois que ton père dirait ? Aucune idée, parce que les seules fois où tu le mentionnes c’est quand tu essaies de me faire faire quelque chose que je ne veux pas faire. Alors pendant que nous y sommes, parlons-en.

Maxine : Je veux que mon gentil garçon revienne. Je n’ai rien fait pour mériter ça. Que fais-tu avec des vampires de toute façon ? Ils sont mauvais, mauvais, mauvais. Ce sont des démons.

Hoyt : Pourquoi as-tu tant de haine en toi ?

Maxine : Je n’en ai pas.

Hoyt : C’est un putain de mensonge.

Maxine : A qui crois-tu parler ?

Hoyt : Ma mère. Qui déteste les Méthodiques.

Maxine : J’ai mes raisons.

Hoyt : Et les Catholiques.

Maxine : Seulement les prêtres et les nonnes.

Hoyt : Les Afro-Américains.

Maxine : Chut, c’est un secret.

Hoyt : Les gens qui ne prennent pas soin de leurs jardins. Les gens qui garent leurs camions sur les pelouses. Les femmes qui portent des chaussures rouges.

Maxine : Ca fait bon marché.

Hoyt : Les familles avec beaucoup d’enfants. Les rideaux à carreaux, les chats et les chiens, et comme par hasard, toutes les filles que j’ai jamais aimées. Et plus je les aime, plus tu les détestes.

Maxine : Je m’oppose seulement à une petite amie qui te tuera et te mangera. Je pense que c’est logique.

Hoyt : Tu ne la connais même pas. Pleine de ressentiment. Je le vois maintenant.

Maxine : Ce n’est pas de ma faute, j’ai été élevée comme ça.

Hoyt : Jessica est peut-être un vampire, mais elle est faite pour moi. Et tu n’as rien à en dire.

Maxine : Tu me brises le cœur.

Hoyt : Tu sais, je t’ai laissé me trainer à droite à gauche parce que je ne voulais pas te faire de mal, mais ce temps est révolu.  Maintenant, je veux que tu la rencontres, mais si tu n’arrives pas à être gentille, alors je quitterai cette maison et ne reviendrai jamais, et je crois pas que je plaisante.

Maxine : Hoyt, je t’en prie, tu es mon seul fils.

Hoyt : Je ne suis pas à toi, Maman, mais à moi.

Maxine : Tu es mon petit bébé.

Hoyt : Je ne suis pas un bébé ! Je suis un adulte merde !

Il quitte la maison.

 

 

Scène 9 : Hôtel Carmilla – Bill, Sookie, Eric, Lorena

 

Sookie et Bill dorment dans le lit. Une main caresse le bras de Sookie. Quand elle se retourne, elle voit Eric.

Eric : Finis ta phrase.

Sookie : Qu’est-ce que je disais ?

Eric : Tu me racontais comme tu serais un vampire terrible et je n’étais pas d’accord.

Sookie : Ben, je ne me sens pas moi-même si je ne suis pas bronzée. C’est vrai. Et je préfère être vivante plutôt que « pas morte » et puis vous tuez tout le temps.

Eric : Tu as tué un homme.

Sookie : Mais c’était par légitime défense, pas pour le déjeuner.

Eric : Oh, tu t’adapterais, comme nous tous. Echanger le soleil pour la lune et les étoiles.

Sookie : Pas moi. Je les veux tous.

Eric : Oh, gourmande.

Sookie : Oui, je le suis.

Eric : J’adore ça. Tu as le bon tempérament pour un vampire.

Sookie : Quoi, je suis exigeante, assoiffée de sang et vieille comme le monde ?

Eric : Ah, assoiffée, oui.

Sookie : Pas du tout.

Eric : Tout le monde pense que t’es un ange hein.

Sookie : Je suis un ange.

Eric : Oui, mais tu es impitoyable quand il s’agit des gens que tu aimes. Tu ferais n’importe quoi pour eux. Ton frère, tes amis. Moi.

Lorena : Bill.

Sookie : Bill ? Où est Bill ?

Lorena est assise sur une chaise.

Lorena : Qu’est-ce que tu en as à faire ? Tu l’as déjà abandonné.

Sookie : Non. J’aime Bill.

Eric : Je croyais que tu n’avais pas le sens de l’humour.

Sookie : Je croyais que tu étais une pierre dure et froide, et vide à l’intérieur.

Eric : Et maintenant ?

Sookie : Tu es un imposteur. Tu es intense. Tu as des sentiments. Il y a de l’amour en toi.

Eric : Seulement pour Sookie.

Ils s’embrassent,

Lorena : Tu ne veux pas Bill. Il ne représente rien pour toi.

Sookie : Non.

Eric : Ce n’est que le commencement.

Sookie : Ahh.

Sookie se réveille ; c’était juste un rêve.

 

 

Scène 10 : La station de police – Maryann, Bud, Jane, Mike, des gens

 

Maryann va à la station de police. Une femme la voit.

Femme : La voilà. Elle vient nous sortir de là.

Homme : La voilà.

Maryann : Hey. On s’est bien amusés, n’est-ce pas ?

Femme : Oh, ouais, carrément.

Maryann : Bonjour. Shérif Dearborne ?

 

En cellule :

Bud : Personne ne va nulle part tant que vous ne vous serez pas calmés. Ne me le faites pas répéter.

La voix de Maryann : Shérif Dearborne ?

Mike : C’est Maryann ? Maryann ! Hey, la fête est de retour ici !

Bud : Asseyez-vous et fermez-la !

Mike : Allez, Bud. Ca schlingue ici !

Jane : Allez, Bud.

Mike : Allez, Bud.

 

Bud est à l’entrée avec Maryann.

Bud : Il y a du café si vous voulez.

Maryann : Shérif, vous avez l’air épuisé. Qu’est-ce qu’il se passe par ici ?

Bud : Bon Dieu, si seulement je le savais. On dirait que tout le monde à Bon Temps se fait arrêter, mais ils ne savent pas ce qu’ils ont fait. Kenya est sortie avec le fourgon pour en choper d’autres. On est resté debout toute la nuit.

Maryann : Une vague de crimes graves.

Bud : Des délits, des choses incroyables que je n’avais jamais vus en 40 ans.

Maryann : Ah, des délits, ce n’est pas si grave. Peut-être que vous pourriez en laisser sortir quelques uns, vous épargner un peu de travail.

Bud : je suis à deux doigts de le faire, mais ils sont tous sur les nerfs, ils pourraient encore faire de la casse.

Maryann : Laissez-moi vous aider, je vais leur parler. C’est ce que je sais faire le mieux.

Bud : Je vous en serai reconnaissant, j’arrive à peine à garder les yeux ouverts. Alors, qu’est-ce que je peux faire pour vous ?

Maryann : J’ai entendu dire que Sam Merlotte est ici, je n’arrivais pas à le croire. Un travailleur intègre. J’ai beaucoup de respect pour lui et j’aimerais l’aider.

Bud : Ben, je ne suis pas prêt à le laisser sortir, c’est un suspect dans une affaire d’homicide.

Maryann : Impossible.

Bud : Mais je vais vous montrer où il est.

Maryann : Je-je connais le chemin. Asseyez-vous. Reposez-vous un peu. Là, voilà.

Maryann masse les épaules de Bud et tremble un peu. Il a les yeux noirs.

Maryann : Ce fut rapide. Bouge pas.

 

Elle prend les clefs des cellules.

Jane : On peut venir chez toi pour jouer ?

Maryann : Je veux Sam Merlotte.

Mike : Il est juste là.

La cellule de Sam est vide. Il n’y a que ses habits.

Maryann : Maintenant, je suis vraiment furieuse.

Elle ouvre les cellules des autres.

Quelqu’un : Libres.

 

 

Scène 11 : Merlotte’s – Maxine, Hoyt, Jessica

 

Jessica : Je n’aurais jamais cru que vous seriez si jolie, Mme Fortenberry. Et je ne peux pas vous dire à quel point je suis reconnaissante que vous soyez venue.

Hoyt : Meme si tu avais 20 minutes de retard.

Maxine : Je n’arrivais pas à décider ce que je devais porter.

Jessica : Ouais, je sais comment c’est. Vous essayez ceci, ou cela. Vous savez, les chaussures noires ou les rouges ou les…

Maxine : Et puis il y avait du monde sur la route. Ils n’auraient pas bougé si je ne leur avais pas quasiment roulé dessus. J’aurais pu me faire tuer.

Jessica : Ben, eux aussi.

Hoyt : Commandons à manger, Maman.

Maxine : Je n’ai pas faim.

Hoyt : Tu veux un peu plus de thé ?

Maxine : Je n’ai pas soif. Hoyt est un très, très, très bon garçon. La plupart du temps.

Jessica : Vous n’avez pas besoin de me dire ça.

Hoyt : Tu es aussi bien que moi. Mieux.

Jessica : Non, c’est toi.

Hoyt : Uh-uh.

Jessica : SI c’est toi.

Maxine : J’aurais aimé rencontrer votre race, pour voir à quoi ressemble votre famille.

Hoyt : Maman.

Jessica : Quelqu’un m’a transformée en vampire contre ma volonté, Mme Fortenberry. Je n’ai plus de famille, à part votre merveilleux fils.

Maxine : J’en suis navrée. C’était injuste. Mais Hoyt a un brillant avenir devant lui. Et par brillant, je veux dire ensoleillé. Si vous pensez que je vais le laisser trainer à toute heure de la nuit pour le restant de ses jours avec un vampire orphelin, vous êtes  complètement à côté de la plaque.

Jessica : Je crois que c’est à Hoyt d’en décider.

Hoyt : Non, arrêtez ça !

Maxine : Je me battrais pour ce qui est le mieux pour mon garçon.

Jessica : Tout comme moi. Et je peux lui donner tout ce qu’un humain pourrait.

Maxine : Difficilement.

Jessica : Par exemple ?

Maxine : Des enfants.

Hoyt : Oh.

Jessica pleure. Elle s’en va.

Hoyt : Jessica. (A sa mère) Et bien, tu as réussi. T’es contente ?

Maxine : Tu me remercieras un jour.

Hoyt : Pas aujourd’hui.

Maxine : Quand est-ce que tu viens à la maison>

Hoyt : Jamais.

Hoyt et Jessica s’en vont.

Maxine : Il va m’en falloir une autre. (une autre bière)

 

 

Scène 12 : Chez Sookie – Tara, Eggs, Maryann, Lafayette, Letti Mae

 

Tara : Très bien, c’est parti, enfoiré. Tu ne peux pas faire ça.

Eggs : C’est contraire aux règles. Allez.

Maryann : Hey, on jour avec mes règles, ce qui veut dire aucune règle.

Tara : Okay, alors.

Maryann : Oui. Entrez, c’est ouvert. Distribue, distribue.

Eggs : Distribuer quoi ?

Maryann : Peu importe.

Lafayette et Letti Mae arrivent.

Tara : Regardez ça. Des aliens.

Maryann : Oh, c’est qui ça ?

Tara/Lafayette : Lafayette.

Maryann : Ooh, Lafayette. Mme Thornton, bienvenue, joignez-vous à nous.

Lafayette : Non, ça va.

Letti Mae : On emmène ma fille loin de vous.

Tara : Vraiment ?

Lafayette : Oui.

Letti Mae : Tara, écoute-moi au moins une fois, pour ton bien.

Maryann : Ne soyez pas ridicules, installez-vous, on est au milieu d’une partie.

Eggs : Ouais, strip poler.

Tara : Strip poler.

Maryann : Mme Thornton, vous buvez quoi ?

Tara : Vodka. Whisky. Laque pour cheveux. Dégrivant.

 Eggs : Merde.

Lafayette : Bordel qu’est-ce qui ne va pas chez toi ? T’es là au moins ?

Maryann : Tout à vous. Regardez, la bouteille transpire. Bien frais, dense, ça coule comme de l’huile.

Lafayette : Je ne sais pas ce que tu es, mais je te sens et t’es une salope sans âme.

Maryann : Ouch, ça m’aurait presque blessée.

Tara : Oh.

Letti Mae : Je suis clean et sobre, comme vous le savez très bien. Je ne vous prendrai jamais rien, à part ma fille.

Lafayette : Tara, allons-y.

Tara : Va te faire mettre.

Eggs : C’est ma copine, pourquoi vous ne me parlez pas à moi ?

Letti Mae : Tara Mae.

Lafayette : Parce que tu n’es pas un petit-ami, t’es un taré qui frappe sa copine. Maintenant Tara, lève-toi, je rigole pas. Allons-y.

Eggs : Elle ne va nulle part.

Lafayette : Oh, vraiment ?

Letti Mae : Je t’en supplie, ne les laisse pas te changer comme ça. On te gardera en sécurité.

Tara a les yeux noirs.

Tara : Bah ce serait bien la première fois, putain.

Letti Mae : Tes yeux ! Que lui avez-vous fait ?

Lafayette : Jésus Christ.

Tara : Vas-y, balance-moi une bible.

Les yeux d’Eggs deviennent noirs.

Letti Mae : Tara, arrête.

Tara : Tire mes cheveux, griffe mon visage, fracasse-moi la tête avec une bouteille. Frappe-moi.

Letti Mae : Je ne te frapperai pas. Vas-y, tue-moi, je ne te frapperai pas.

Letti Mae et Tara se battent. Eggs et Lafayette en font de même.

Tara (à Lafayette) : Laisse-le tranquille.

Lafayette porte Tara.

Eggs : Non.

Tara : Non.

Lafayette, Letti Mae et Tara sont à l’extérieur.

Letti Mae (à Lafayette) : Allez, allez.

Eggs : Tara !

Maryann : Laisse tomber. C’est ça, fuyez idiots.

Lafayette (à Letti Mae qui conduit) : Allez, allez.

Maryann : Elle reviendra, et elle les ramènera avec elle. Viens.

 

 

Scène 13 : Hôtel Carmilla – Nan, Godric, Eric, Bill, Sookie, Isabel

 

Nan : Est-ce que vous avez la moindre idée du bordel que vous avez mis ? Et de qui doit nettoyer cette merde, putain ? Moi. Pas vous, moi. J’aurais dû drainer chacun de vous, bande de bâtards.

Eric : Stan est venu à l’église de son plein gré. Aucun d’entre nous n’en savait rien.

Nan : Oh vraiment. Parce que tous ceux qui ont rencontré Stan pendant ces 300 derniers ans savaient qu’il rêvait de tuer des humains. Mais vous, ses camarades, son shérif, n’en aviez aucune idée.

Lorena : Et comment étions-nous censés savoir que cette fois-ci il allait le faire ?

Nan : Ce n’est pas mon problème. (A Godric) C’est le tien.

Eric : Ne lui parlez pas comme ça.

Nan : Ne me parle pas comme ça. Allons droit au but. Comment se sont-ils débrouillés pour t’enlever ?

Godric : Ils auraient pris l’un d’entre nous tôt ou tard. Je me suis offert.

Nan : Pourquoi ?

Godric : Pourquoi pas ?

Nan : Ils voulaient te présenter au soleil. Et tu étais volontaire ?

Godric : Vous en pensez quoi ?

Nan : Je pense que tu es fou. Et j’ai entendu parler d’un traitre.

Godric : Hors sujet. Juste une rumeur, j’en prendrai toute la responsabilité.

Nan : Un peu que tu le feras.

Eric : Espèce de salope glaciale.

Nan : Ecoutez, c’est un désastre vampirique national et personne n’a de sympathie pour aucun d’entre vous. Shérif, tu as Merdé. Tu es viré.

Godric : Je suis d’accord, bien sûr. Isabel devrait me remplacer. Elle n’y est pour rien dans mon déshonneur.

Isabel : Godric, défend-toi.

Eric : Qu’est-ce que tu racontes ? C’est un bureaucrate, il n’y a rien à tirer d’elle.

Nan : Tu veux perdre ta zone ?

Eric : Vous n’avez pas ce genre de pouvoir.

Nan : Hey, je passe à la télé. Essaye pour voir.

Isabel : Je suis responsable. J’aurais dû mettre Stan sous contrôle à la seconde où Godric a disparu.

Godric : Isabel. Je démissionne de toute position d’autorité.

Nan : Ca marche pour moi.

Bill : Sookie, Sookie.

Sookie : Je luis suis redevable. Madame Flanagan, Godric m’a sauvée d’un très gros violeur qui m’aurait sûrement tuée.

Nan : C’est bien.

Sookie : Non, écoutez…

Nan : Passe à autre chose.

Sookie : Ensuite il a sauvé des humains dans l’église ainsi qu’un très grand nombre de vampires. Vous pensez que c’est le bordel ? Ca aurait pu être une centaine, un million de fois pire. Vous devriez le remercier.

Nan : Pour s’être fait kidnapper ? Pour attirer un kamikaze ? Pour son jugement nul à chier ? Je ne crois pas non.

Eric est debout. Isabel l’arrête.

Isabel : Non.

Godric : Eric, ça n’a aucune importance.

Nan : Raconte-moi pour la bombe, s’il te plait. Chaque petit détail.

Godric : Un garçon est entré dans le repaire. J’ai cru qu’il était le compagnon humain de quelqu’un…

 

 

Scène 14 : Merlotte’s – Maxine, Maryann, Arlene, Terry

 

Maxine : J’ai tout sacrifié pour cet enfant, sans penser à moi. Il n’a pas remarqué. Il s’en fout. Il n’est pas reconnaissant. Maintenant il se dévergonde, il se dirige tout droit vers l’enfer.

Maryann arrive au Merlotte’s.

Maryann : Le Dieu à venir exige son sacrifice. Où est Sam Merlotte ?

Arlene (ses yeux sont noirs) : Il n’a pas été là de la journée.

Maryann : Et bien, trouvez-le et ramenez-le moi.

Ils ont tous les yeux noirs.

Terry : Il y a quelques temps il prévoyait de partir.

Maryann : Ramenez-le moi.

 

 

Scène 15 : La chambre d’hôtel d’Andy – Andy, Sam

 

TV : …regardez-le, attrapez-le, oh, il t’a presque eu, Mike. Il t’a presque eu. Je veux dire, allez. On est au 21ème siècle. Il doit y avoir un moyen… merde. C’est une autruche dingue. Hey, allez, Mike, allez, attrape sa main…

Quelqu’un tape à la porte. Andy va ouvrir. C’est Sam ; il est nu.

Sam : J’ai appris que tu étais là.

 

 

Scène 16 : Hôtel Carmilla – Nan, Godric, Eric, Bill, Sookie, Isabel

 

Nan : Quel putain de fiasco. Vous avez de la chance que je ne vous aie pas tous envoyés au Magistrat. Godric, viens dans ma suite pour remplir les formulaires.

Godric : J’arrive. Avant, j’ai quelque chose à dire. Je suis désolé. Je m’excuse pour tout le mal que j’ai causé, pour ceux que nous avons perdus, humai et vampire. Je me rachèterai, je le jure.

Nan : Relax, ce ne sont que quelques signatures.

Nan et deux autres vampires s’en vont.

Eric : Non.

Godric : Regarde dans mon cœur.

Eric : Tu dois m’écouter.

Godric : Il n’y a rien à dire.

Eric : Si.

Godric : Sur le toit.

Godric s’en va.

Bill : On a un compte à régler.

Eric : Pas maintenant.

Bill : Si, maintenant.

Bill cogne Eric.

Bill : J’ai été clair ?

Eric : C’est fait. Je fais partie d’elle maintenant. Pousse-toi.

Eric s’en va.

Sookie : Je vais chercher Godric.

Bill : Rien de ça n’a à voir avec nous. Godric n’est pas ton problème.

Sookie : Si ce n’était pas pour lui, je ne me tiendrai pas ici-même. Il a mal, il souffre.  Je dois faire quelque chose.

Bill : Tu ne crois pas qu’on en a assez fait pour Dallas ?

Sookie : Toi plus que n’importe qui devrais comprendre ce qu’il ressent. Et si c’était toi, Bill ? et si dans 1800 ans, c’était toi Godric ?

Bill : Très bien, mais je viens avec toi.

Sookie : J’aimerais, mais ça va être l’aube dans peu de temps.

Bill : Si on ne reste pas longtemps, je guérirai.

Sookie : Je ne te laisserai pas prendre ce risque. Avec Godric ici, tu n’as pas besoin de t’inquiéter pour moi.

Bill : Tu es tellement sensible, tu te sens obligée, je le vois bien. Mais, Sookie, en toute honnêteté,  que peux-tu faire pour lui ?

Sookie : Je ne sais pas. C’est juste qu’il faut que je sois là-bas. Ca n’a aucun sens mais tu comprends ?

Bill : Oui.

 

Sur le toit :

Godric : 2000 ans sont assez.

Eric : Je ne peux pas accepter ça, c’est de la folie.

Godric : Notre existence est de la folie. Nous n’avons pas notre place ici.

Eric : Mais nous sommes ici.

Godric : Ce n’est pas bien. Nous ne sommes pas biens.

Eric : Tu m’as appris qu’il n’y avait pas de bien ni de mal, seulement la survie ou la mort.

Godric : J’ai menti, comme tu peux le voir.

Eric : Je te forcerai à rester en vie.

Godric : Même si tu pouvais, pourquoi serais-tu si cruel ?

Eric (dans une langue étrangère) : Godric, ne fais pas ça.

Godric (dans la même langue) : Il y a des siècles de confiance et d’amour entre nous.

Eric (dans cette langue en pleurant) : Je t’en prie. Je t’en prie. Je t’en prie. Godric.

Godric : Père, frère, fils. Laisse-moi partir.

Eric : Je ne te laisserai pas mourir seul.

Godric : Si, tu le feras. En tant que ton créateur… je te l’ordonne.

Sookie (à Eric) : Je resterai avec lui. Aussi longtemps qu’il faudra.

Eric s’en va.

Godric : Ce ne sera pas long. Pas à mon âge.

Sookie : Tu sais, ce n’était pas très malin. La partie de la Confrérie du Soleil.

Godric : Je sais. J’ai cru que ça arrangerait tout, d’une certaine façon. Mais je ne pense plus comme un vampire désormais. Tu crois en Dieu ?

Sookie : Oui.

Godric : Si tu as raison, comment me punira-t-il ?

Sookie : Dieu ne punit pas, Dieu pardonne.

Godric : Je ne le mérite pas. Mais je l’espère.

Sookie : Nous l’espérons tous.

Godric : Tu t’occuperas de lui ? Eric.

Sookie : Je ne sais pas, tu sais comme il est.

Godric : Je peux prendre la responsabilité pour ça, aussi.

Sookie : Peut être pas. Eric est lui-même. Tu as très peur ?

Godric : Non. Non, je suis empli de joie.

Sookie : Mais la douleur…

Godric : Je veux brûler.

Sookie : Et bien, j’ai peur pour toi.

Godric : Un humain avec moi à la fin, et des larmes d’humain. 2000 ans, et je peux encore être surpris. En cela, je vois Dieu.

Sookie : Au revoir, Godric.

Godric brûle. Il est parti.

Scene 1: Godric’s Party – Luke, Jason, Sookie, Bill, Eric, Godric, Isabel, humans

 

Luke: Stay away from me, Stackhouse. Got nothing to say to you.

Jason: Man, what the hell you…?

Luke: Just go. (He speaks loud) Excuse me, everyone. If I could have your attention please.

 

Outside the house: Bill and Lorena

Bill: It doesn’t matter if we ever meet again. You may be immortal, Lorena, but you are dead to me.

Lorena: I wish you hadn’t said that.

She leaves.

 

Back in the house:

Luke: I have a message for you all from Reverend Steve Newlin.

He opens his jacket; there’s a bomb and chains around him. He presses on the button.

Bill runs in the house.

Bill: Sookie? Sookie?

Sookie is on the floor, Eric on her.

Sookie: Bill.

Eric: I’ve covered her, she’s only stunned. Get the humans.

 

Two humans try to escape. They run through their car.

Man 1: Get in, get in. Come on. Let’s go. Go! Go. Come on. Get in. Come on. Go. Go. Go.

Bill appears and pushes the first human.

Man 2: We didn’t think he’d really do it.

Bill: Too late.

Bill bites him.

 

 

Credit

 

In the house:

Isabel removes something from the leg of a man.

Isabel: Ugh.

 

Sookie (to Eric): I can’t breathe, you weigh a ton. Jason? Jason?

Sookie pushes Eric away from her. Jason is alive.

Jason: Yeah, okay.

Sookie (looking at Eric): Uh-oh.

Eric: Had to shield you.

Sookie: Well, hurry and heal yourself, what are you waiting for.

Eric: Can’t. Silver.

Sookie: I’ll go get Godric.

Eric: No time. Suck it out.

Sookie: Eric, I can’t, it’s too gross and it’s you.

Eric: I… Dying…

Sookie: Oh, son of a mother. (She removes a silver from his neck) Got it.

Eric: The other one.

Sookie: You’re kidding me. Ugh. (She removes another one)

 

Man 2: Oh, God, oh, God.

Bill: You tell the cowards who lead you, the cowards who send children to do their killing, that a vampire showed mercy where they had none.

The man leaves.

 

In the house:

Jason: Luke.

 

Godric: Who’s dead?

Isabel: Stan, Paolo, Catherine, two human companions.

 

Someone: Well, it looks like it wasn’t a very good bomb.

 

Bill arrives and sees Sookie drinking from Eric.

Bill: What are you doing?

Sookie: I sucked silver out Eric’s chest and saved his life, even though I really didn’t want to.

Eric: She was superb.

Bill: Eric was in no danger.

Sookie: He… what?

Eric: A tiny falsehood.

Bill: He was already healing. The bullets would have pushed themselves out. This way, he’s forced you to drink his blood.

Sookie: No. No, no.

Bill: You’re connected. He’ll be able to sense your emotions.

Sookie (to Eric): You big lying A-hole.

Eric: Bill, you’re right, I believe I can sense her emotions. Sweet.

Sookie: I’ll never do anything for you again. Monster.

Bill: It’s not your fault.

Eric: I think I’m gonna cry.

 

Isabel (loud): Everyone, please.

Jason: Hey. Y’all listen up.

Godric: They may come back. Go to the Hotel Carmilla, they’ve been alerted, security is in place.

 

Someone: Help me.

They all begin to leave.

Someone: Almost there…

 

 

Scene 2: Hotel Carmilla – Sookie, Bill

 

Sookie: I could kick myself. I’m so stupid, I wasn’t thinking.

Bill: He did take bullets for you. At least we both came out alive.

Sookie: I know better than to believe one word out of that man’s mouth. I sucked his chest. What is wrong with me?

Bill: Eric has had a thousand years practicing deceit. He lied to prove his power to me. He counted on your goodness, there’s no shame in that.

Sookie: But his blood, Bill. I tried to spit it all out, really, but some of it must have gone down.

Bill: It only takes a drop or two.

Sookie: He’ll always know where I am and how I feel, always. That’s the worst of all.

Bill: No, not the worst.

Sookie: What do you mean?

Bill: Don’t be surprised if you feel some attraction to him. Sexual.

Sookie: To Eric? That’s impossible, I I can’t stand him.

Bill: It is possible. It’s another consequence of the blood. It would have happened sooner or later. He was determined to form this bond with you.

Sookie: I could kill him.

Bill: I concur.

 

 

Scene 3: Bill’s house – Jessica, Hoyt

 

Jessica: Maybe I’ll get used to it. Or maybe there’s an operation. I can’t be the only vampire virgin.

Hoyt: You know, intercourse isn’t the only way to have sex.

Jessica: Hmm, but I want to have intercourse.

Hoyt: Well, sure. We could do everything, when we figure out how.

Jessica: You should break up with me.

Hoyt: Hell, no. That thing that grows back, it’s just a thing. I ain’t perfect either. I’m a guy that people laugh at. Even my friends, but you never have. I don’t ever wanna hear you talk about breaking up.

Jessica: I won’t, I promise.

Hoyt: In fact, you mean so much to me, I want you to meet my mama.

Jessica: You mean it? Oh, Hoyt.

Hoyt: Yeah.

Jessica: Hoyt, nobody ever wants me to meet anybody.

Hoyt: No, don’t get too excited. Look, she hates vampires and she’s gonna as you all kind of personal questions or she may not talk to you at all, which then you’d be lucky.

Jessica: Well, I don’t care what she does. You’re introducing me to your family, I never even hoped for that.

Hoyt: I’m proud that you’re my girl. Whoa.

Jessica: Ohh, the sun’s coming up. I guess it’s time for that damn cubby hole.

Hoyt: I’ll go in with you.

Jessica: No, please, its’… it’s not very comfortable.

Hoyt: I’ll have to build us a tricked-out doublewide.

Jessica: That is so romantic.

Hoyt: But, ah, for now, I’ll sit right here till you fall asleep.

Jessica: You are the sweetest boy in the world.  And you’re too good to me.

Hoyt: There ain’t no such thing.

Jessica: Good night.

Hoyt: Good night. I’ll sing to you so you know I’m… I’m right here.

She leaves in her hole.

Hoyt (singing): My sweet vampire

 

 

Scene 4: Sookie’s house – Tara, Eggs, Maryann

 

Maryann: Oh, my goodness, how much did you drink this time?

Tara: Nothing, as far as I recall.

Eggs: same for me.

Maryann: You must have dropped a little acid, it was floating around. Hippies.

Eggs: That’s not funny.

Tara: It’s embarrassing, is what it is.

Maryann: I will never understand that. Why be embarrassed about pleasure and laughter? Why be ashamed of letting go?

Tara: Because I’ve never been this out of control.

Maryann: Ugh. Control.  Control is just a cage this stupid culture uses to lock up who we really are. We need to be out of control. We crave it.

Tara: But there’s gotta be some kind of control or things would be chaos.

Maryann: Sounds good.

Eggs: I… I do like a little chaos.

Maryann: Of course you do. Everybody does. They just can’t admit it.

Tara: I don’t wanna be blacking out.

Maryann: Is that what you think it is? Because I have a little theory about blacking out. Maybe you rose to a higher state of consciousness.

Tara: We’re all bashed up. There’s nothing higher about that except for we must have been high. My mama blacked out for months at a time, I’m a blackout expert.

Maryann: Are you?

Tara: Certified.

Maryann: What about the saints of India? What about the mystics of every religion?

Eggs: What about them?

Maryann: They would black out. Run and dance through the streets, levitate, act like monkeys, run around naked. Everybody thought they were crazy.

Tara: They were crazy.

Maryann: No, Tara. They were ecstatic. All that fake civilization bullshit just fell away so they could dissolve into the infinite, so they could lose themselves and unite with their god.

Tara: Oh.

Maryann: Look at you. A few bumps and bruises. That’s a small price to pay for bliss. Bloody Mary, anyone?

 

 

Scene 5: The police station (in prison) – Sam, Mike Spencer, Bud, Jane Bodehouse

 

Mike: Come on now, Bud. Cut us loose.

Jane: All I did was loose my pants, there’s no law against that.

Bud: I only got your word for it I was mating with a pine tree.

Jane: None of us did anything. Let us out of here.

Sam: You got no evidence, Bud. You got no right to keep me locked up.

 

 

Scene 6: Hotel Carmilla – Sookie, Jason, Steve, Sarah, Nan Flanagan

 

Bill is sleeping. Sookie is in her bed. She goes to Jason’s room.

Jason: Oh.

Sookie: I can’t sleep.

Jason: Join the club. (They are on the bed) Well, they made me think I was worth something.

Sookie: You were a star in Bon Temps. I was the throwaway. Everybody always thought you hung the moon.

Jason: No, that ain’t true. Well, they like my athletics and my good looks, my sex abilities, but they don’t like me for me. And Steve and Sarah, well,  they acted like they did, before they tried to kill me.  They stopped my mind from going around and around thinking about… well, other stuff.

Sookie: What other stuff? But Soldiers of the Sun? My Lord. Didn’t you for one second think what Gran would say? Guns and suicide bombers…

Jason: Don’t… don’t talk about Gran. I won’t talk about her. I can’t.

Sookie: Why?

Jason: Because I don’t… because I don’t wanna feel anything.

Sookie: But we have to talk about her. We can’t stop remembering her or loving her because it hurts too much. She’d never stop loving us, would she?

Jason: No.

Sookie: We’ll keep her alive in our hearts and our prayers and that’s the way it’s gotta be.

Jason: And Mama and Daddy.

Sookie: That’s right. Mama and Daddy and Gran.

Jason: Our hole family’s gone, Sook. Everybody who counts. We’re all alone. We’re all that’s left.

Sookie: So you know that we gotta do? We gotta grow up, we gotta stick together and we gotta be good to each other or we’re letting them down.

Jason: Yeah. Hey. So, Sook, I’m sorry about, ah, everything I ever done to you. I’m a dumbass fuck-up.

Sookie: Yeah, but you wouldn’t be if you used your brain instead if just letting it take up space in your skull. That’s not dumb, that’s lazy.

Jason: You think so? Well, i… I could try, I guess.

Sookie: I’m sorry too. I always live you, Jason, even when I wanna stick your head in a bucket and kick it around the yard.

Jason: And I love you, even though I wish you’d cook for me more and you were normal with a normal boyfriend.

Sookie: I didn’t have any say about being normal. We were born the way we are. Huh.

Jason: Ahh. I’m all wore out now.

Sookie: Me too.

Sookie turns on the tv. There’s an emission with Steve and Sarah

Steve: May his holy light Shine upon you…

Jason: Can you believe, they’re on already.

Nan: You kidnapped a prominent member of our community.

Sarah: He volunteered.

Sookie: Did he?

Jason: I don’t even know he was there.

Steve: … that’s no crime.

Sarah: He came to us.

Nan: Because everybody wants to be burned at the stake. You use your texe-exempt religious institution as an anti-vampire terrorist enclave.

Steve: The Constitution gives us the right to defend ourselves.

Nan: You attacked us.

Steve: You murdered my father.

Nan: That’s an allegation. This is a fact – you and your church armed a suicide bomber that killed vampires and humans.

Sarah: We are fighting for God’s green earth and daytime and Christmas and Easter eggs and all that’s sacred and good. We are fighting for…

Steve: Human rights. Human rights.

Sarah: May I finish my thought?

Steve: What, you were done.

Sarah: If he’s not the center of attention, he just flips out.

Sookie: They are cuckoo.

Nan: How can you have a dialogue with these people?

Steve: You need to read some Saint Paul, missy.

Sarah: I hate your hair.

Jason: There’s a witch and a son of a bitch. Fuck you, Newlins.

Sookie: Yeah.

 

 

Scene 7: Merlotte’s – Arlene, Clients, Lafayette, Terry, Eggs, Tara

 

Client 1: Now can we see the freezer?

Arlene: Why?

Client 1: Where they found that woman with her heart cut out.

Arlene: It was the walk-in refrigeretor and you are one sick buzzard. Go find some roadkill, because you ain’t eating here.

Arlene takes the plates of the clients back.

 

Arlene: Ah. What do you want?

Client 2: A knife, a fork and a spoon, if that’s not too much trouble.

Arlene: They’re in the back, go get them yourself. I could use some help out here. (She picks up the phone) Merlotte’s, hurry up. Lisa, lunch is your job, you got a microwave, that’s all you need. Oh, come on, Coby’ll eat cat food if you put mayo on it. Mama’s gotta work. (She hungs up. Lafayette arrives) Whoo, I’ll tell you what, I am shit scared. Daphne, oh, my God. She was clumsy, stupid and mean, but I wouldn’t wich that kind of death on a possum. Plus that poor soul out in the parking lot?

Lafayette: Yeah.

Arlene: What if there’s a curse flying around out there?

Lafayette: I’ll look out for you if you look out for me.

Arlene: When’s it gonna stop?

 

Terry: Order up. I think.

Arlene goes to take them.

Arlene: Terry. Terry, please quit being so much more peculiar than you usually are. Please talk to me. I mean, if what we did was so terrible…

Terry: No, no, Arlene, don’t cry. I didn’t mean to be peculiar at you. I just don’t know what we did.

Arlene: Well, we had sex. Didn’t we?

Terry: Did we?

Arlene: Y-You can’t remember?

Terry: Don’t take this the wrong way but nope.

Arlene: Oh. Oh, baby, me neither. I mean, not for sure.

Terry: Is that good?

Arlene: Oh, I don’t know and I don’t care as long as you’re not mad at me.

Terry: Well, to tell you the truth, I can’t remember the last time I had sex with anybody.

Arlene: Oh. Gimme some sugar?

Client 3 shouting: Where’s my corn? Come on now, the wait’s forever.

Arlene (To Terry): Okay. See you later.

Client 3: I want my damn corn.

 

Eggs and Tara come in the Merlotte’s.

Eggs: I got it.

Tara: Oh. (To Lafayette) I know, I’m late.

Eggs: Lafayette.

Tara (to Eggs): Go ahead, order lunch on me.

Eggs: All right, baby.

Lafayette comes through them and touches Tara’s face.

Tara: Stop.

Lafayette: What the fuck is this?

Tara: He didn’t do it. I don’t know what happened.

Lafayette: What you mean you don’t know what the fuck happened? Don’t gimme that bullshit. What did you do to her?

Eggs: Don’t accuse me. I don’t hurt women.

Tara: It was an accident.

Lafayette: You put your fucking hands on my cousin? I’m gonna show you how it feels to get your ass beat.

Eggs: You might take those eyelashes out first.

Tara: Lafayette stop.

Lafayette: You been kicked and punched your whole life then you go and het this motherfucker. He’s poison. He ain’t never gonna change. And he may wind up killing you.

Eggs: Fuck that, you motherfucker…

Tara: Enough. Stop.

Lafayette: I ought to beat your…

Eggs: Please do so.

Tara: Let’s go.

Eggs: Do it!

Tara: Eggs, enough!

Tara and Eggs leave.

 

Client 4: Way to go, son.

Lafayette: What the fuck you all looking at, you ugly0ass necks. Huh?

 

 

 

Scene 8: The Fortenberry’s house – Maxine, Hoyt

 

Maxine: My Hoyt  would never run off to Dallas without a word with murders all over the place. My Hoyt would never have left me worried sick thinking he was dead. Or worse.

Hoyt: With a vampire. Go ahead, speak your mind.

Maxine: See what I mean? All of a sudden, you’re a different person.

Hoyt: Well, I sure do wanna be.

Maxine: What do you think your daddy would say?

Hoyt: I don’t have any idea, because the only time that you ever mention him is when you’re trying to make me do something that I don’t wanna do. So while we’re at it, let’s talk about that.

Maxine: I want my sweet child back. I haven’t done anything to deserve this. What are your doing with vampires anyway? They are wrong, wrong, wrong. They are devils.

Hoyt: Why do you have so much hate in you?

Maxine: I don’t.

Hoyt: That’s a flat lie.

Maxine: Who do you think you’re talking to?

Hoyt: My mama. Who hates Methodists.

Maxine: I got my reasons.

Hoyt: And Catholics.

Maxine: Just priests and nuns.

Hoyt: African-Americans.

Maxine: Hush, that’s a secret.

Hoyt: People who don’t tale care of their gardens. People who park their trucks up on their lawn. And ladies who wear red shoes.

Maxine: It looks cheap.

Hoyt: Families with lots of kids. And checkered curtains and cats and dogs, and bait, every girl that I ever liked. And the more that I like them, the more that you hate them.

Maxine: I simply object to a girlfriend who will kill you and eat you. I think that’s reasonable.

Hoyt: You don’t even know her. Full of hate. I see you now.

Maxine: Well, it’s not my fault, it’s the way I was raised up.

Hoyt: Jessica may be a vampire, but she is the one for me. And you don’t have any say over that.

Maxine: You are breaking my heart.

Hoyt: You know, I’ve let your run me around because I didn’t wanna hurt your feelings, but those days are over. Now, I want you to meet her, but if you can’t be nice, then I will leave this house and never come back. And don’t think that I won’t.

Maxine: Hoyt, please, you’re my one son.

Hoyt: I’m not yours, Mama, I’m mine.

Maxine: You’re my baby boy.

Hoyt: I’m not a baby, I’m a grown-ass man.

He leaves the house.

 

 

Scene 9: Hotel Carmilla – Bill, Sookie, Eric, Lorena

 

Sookie and Bill are sleeping in their bed. Sookie turns. A hand caresses her arm. When she turns back, she sees Eric.

Eric: Finish your sentence.

Sookie: What was I saying?

Eric: You were telling me why you’d be a terrible vampire and I was disagreeing.

Sookie: Well, I don’t feel right without a tan. It’s true. And I’d rather be alive than undead and then y’all are always killing.

Eric: You’ve killed a man.

Sookie: But that was for self-defense, not for lunch.

Eric: Oh, you’d adapt, like we all do. Trade the sun for moon and stars.

Sookie: Uh-uh. Not me. I want them all.

Eric: Oh, greedy.

Sookie: Yeah, I am.

Eric: I love it. You have the right temperament for a vampire.

Sookie: What, I’m high-maintenance, bloodthirsty and old as dirt?

Eric: Ah, bloodthirsty, yes.

Sookie: I am not.

Eric: Everybody thinks you’re a darling, don’t they.

Sookie: I am a darling.

Eric: Yeah, but you’re ruthless when it comes to people you love. You’ll do anything for them. Your brother, your friends. Me.

Lorena: Bill.

Sookie: Bill? Where is Bill?

Lorena is on a chair.

Lorena: What do you care? You’ve already abandoned him.

Sookie: I have not. I love Bill.

Eric: I used to think you had no sense of humor.

Sookie: I used to think you were made of cold hard stone, and empty inside.

Eric: And now?

Sookie: You’re a big faker. You’re deep. You feel. There’s love in you.

Eric: Only for Sookie.

They kiss.

Lorena: You don’t want Bill. He means nothing to you.

Sookie: No.

Eric: This is just the beginning.

Sookie: Ahh.

Sookie wakes up; it was just a dream.

 

 

Scene 10: Police station – Maryann, Bud, People, Jane, Mike

 

Maryann is coming to the police station. A woman sees her.

Woman: Hey, there she is. She’s come to get us out.

Man: That she is.

Maryann: Hey. We had a good time, didn’t we?

Woman: Oh, yeah, we did.

Maryann: Hello. Sheriff Dearborne?

 

In jail:

Bud: None of y’all is going anywhere till you simmer down. Don’t make me tell you again.

Maryann’s voice: Sherrif Bud Dearborne?

Mike: Is that Maryann? Maryann! Hey, the party’s back here. Sure is.

Bud: Sit down and shut up.

Mike: Come on, Bud. It sinks in here.

Jane: Now, Bud, come on.

Mike: Come on, Bud.

 

Bud is in the entrance with Maryann.

Bud: There’s coffee if you want.

Maryann: Sheriff, you look exhausted. What’s going on around here?

Bud: Hell if I know. Seems every person in Bon Temps is getting arrested, but they don’t know what they done. Kenya’s out in the wagon collecting some more. We been up all night.

Maryann: A major crime wave.

Bud: Misdemeanors, crazy things I never say in over 40 years.

Maryann: Ah, misdemeanors, that’s not so bad. Maybe you could let a few of them go, save yourself the work..

Bud: I’m about ready to, but they’re all riled up, might still do some damage.

Maryann: Hmm. Let me help, I’ll talk them down. It’s my best thing.

Bud: I’d be grateful, can’t hardly keep my eyes open. Oh. Now, what can I do for you?

Maryann: I heard Sam Merlotte is here, I couldn’t believe it. A fine upstanding businessman. I have a lot of respect for him and I’d like to help him out.

Bud: Well, I’m not prepared to let him go, he’s a suspect in a homicide.

Maryann: That can’t be.

Bud: But I’ll show you where he’s at.

Maryann: I- I know the way. Sit. Have a little rest. There.

Maryann makes something on Bud and he has black eyes.

Maryann: Oh, that went fast. Stay.

 

She takes the keys and goes in jail.

Jane: Can we come over to your house and play?

Maryann: I want Sam Merlotte.

Mike: He’s right there.

Sam’s jail is empty. There’s only his clothes.

Maryann: Now I am really irritated.

She opens the other jail’s doors.

Someone: Free.

 

 

Scene 11: Merlotte’s – Maxine, Hoyt, Jessica

 

Jessica: I never thought you’d be so pretty, Ms. Fortenberry. And I can’t tell you how grateful I am that you came.

Hoyt: Even if you were 20 minutes late.

Maxine: I couldn’t decide what to wear.

Jessica: Yeah, I know what that’s like. Sure. You try this on, or try that on. You know, is it the black shoes or the red shoes or the…

Maxine: Then there were people in the road. They wouldn’t budge till I practically ran over them. I could have been killed.

Jessica: Well, them, too, huh.

Hoyt: Let’s get you some dinner, Mama.

Maxine: I’m not hungry.

Hoyt: You want some more sweet tea?

Maxine: I’m not thirsty. Hoyt is a very, very, very good boy. Mostly.

Jessica: You don’t need to tell me that.

Hoyt: You’re as good as I am. Better.

Jessica: No. No, you are.

Hoyt: Uh-uh.

Jessica: You are.

Maxine: I surely wish I could meet your people, see what your family’s like.

Hoyt: Mama.

Jessica: Somebody made me a vampire against my will, Ms Fortenberry. I don’t have a family anymore, except your wonderful son.

Maxine: I’m sorry for you. That wasn’t fair. But Hoyt has a bright future ahead of him. And by bright, I mean in the sun. if you think I’m gonna let him wander around all hours of the night for the rest of his life with an orphan vampire, you got another think coming.

Hoyt: Oh.

Jessica: I believe that’s up to Hoyt.

Hoyt: Y’all don’t.

Maxine: Well, I will fight for what’s best for my boy.

Hoyt: So will i. and I can give him everything that a human could.

Maxine: Not hardly.

Jessica: Like what?

Maxine: Babies.

Hoyt: Oh.

Jessica cries. She leaves.

Hoyt: Jessica. (to his mom) Well, now you did it. You happy?

Maxine: You’ll thank me one day.

Hoyt: Not today.

Maxine: When are you coming home?

Hoyt: Never.

Jessica and Hoyt leave.

Maxine: I gonna need another one of these.

 

 

Scene 12: Sookie’s house – Tara, Eggs, Maryann, Lafayette, Letti Mae

 

Tara: All right, let’s do this motherfuck. Ha. You can’t do that.

Eggs: That’s against the rules. Come on.

Maryann: Hey, we play by my rules, that means no rules.

Tara: Okay, then.

Maryann: Uh-oh. Yes. Come in, it’s open. Deal. Deal.

Eggs: Deal what? Whatever.

Lafayette and Letti Mae come in.

Tara: Well, lookie here. Aliens.

Maryann: Oh, who’s that?

Tara/Lafayette: Lafayette.

Maryann: Ooh, Lafayette. Ms. Thornton, welcome, join us.

Lafayette: No, we good.

Letti Mae: We’re taking my daughter away from you.

Tara: Is that right?

Lafayette: Yeah, that’s right.

Letti Mae: Tara, listen to me this one time for your own good.

Maryann: Don’t be ridiculous, take a load off, we’re in the middle of a game.

Eggs: Yeah, strip poker.

Tara: Strip poker.

Maryann: Ms. Thornton, what’s your drink?

Tara: Vodka. Whiskey. Hairspray. Antifreeze.

Eggs: Damn,

Lafayette: What the fuck is wrong with you Tara? Is you even in there?

Maryann: All yours. Look, the bottle’s sweating. Icy cold, thick, pours like oil.

Lafayette: I don’t know what you is, but I’m feeling you and you is a soulless bitch.

Maryann: Ouch. That almost hurt.

Tara: Oh.

Letti Mae: I am clean and sober, as you well know. I’ll never take nothing from you except my girl.

Lafayette: Tara, let’s go.

Tara: Fuck off.

Eggs: She’s my girlfriend, why don’t you talk to me?

Letti Mae: Tara Mae.

Lafayette: Because you ain’t a boyfriend, you’re a domestically violent sick motherfucker. Now, Tara, get up, I’t playing. Let’s go.

Eggs: She’s not going anywhere.

Lafayette: Oh, she’s not?

Letti Mae: Please, I’m begging you, don’t let them do you this like this. We’ll keep you safe.

Tara has back eyes.

Tara: Well, it would be the first fucking time.

Letti Mae: Your eyes. What’d you do to her?

Lafayette: Jesus Christ.

Tara: Throw a bible at me now.

Egg’s eyes become black.

Letti Mae: Stop, Tara!

Tara: Pull my hair, scratch my face, break my head with a bottle. Hit me back.

Letti Mae: I won’t hit you back. Go ahead and kill me, I’ll never strike you again.

Letti Mae and Tara are fighting and Lafayette and Eggs are too.

Tara (to Lafayette): Leave him alone.

Lafayette caries Tara.

Eggs: No.

Tara: No.

Lafayette, Letti Mae and Tara are outside.

Letti Mae (t0 Lafayette): Move, move. Hurry up.

Eggs: Tara!

Maryann: Don’t bother. Go on, run, you fools.

Lafayette (to Letti Mae who’s driving): Go. Go. Go.

Maryann: She’ll come back and she’ll bring them with her. Come on.

 

 

Scene 13: Hotel Carmilla – Nan, Godric, Eric, Bill, Sookie, Isabel

 

Nan: Do you have any fucking idea of the PR mess you’ve made? And who fucking has to clean that shit up? Me. Not you, me. I should drain every one of you bastards.

Eric: Stan went after the church on his own. None of us knew anything about it.

Nan: Oh, really. Because everyone who met Stan in the last 300 years knew he had a kink about slaughtering humans. But you, his nest mates, his sheriff, had no clue.

Isabel: And how were we supposed to know that this time he meant it?

Nan: Not my problem. (to Godric) Yours.

Eric: Don’t talk to him that way.

Nan: Don’t talk to me that way. Let’s get to the point. How did they manage to abduct you?

Godric: They would have taken one of us sooner or later. I offered myself.

Nan: Why?

Godric: Why not?

Nan: They wanted you to meet the sun and you were willing?

Godric: What do you think?

Nan: I think you’re out of your mind. And then I hear about a traitor.

Godric: Irrelevant. Only a rumor, I’ll take full responsibility.

Nan: You bet you will.

Eric: You cold bitch.

Nan: Listen, this is a national vampire disaster and nobody at the top has any sympathy for any of you. Sheriff, you fucked up. You’re fired.

Godric: I agree. Of course, Isabel should take over. She had no part in my disgrace.

Isabel: Godric, fight back.

Eric: What are you saying? She’s a bureaucrat, you don’t have to take shit from her.

Nan: You wanna lose your area, Viking?

Eric: You don’t have that kind of power.

Nan: hey, I’m on TV. Try me.

Isabel: I’m to blame. I should have contained Stan the second Godric went missing.

Godric: Isabel. I remove myself from all positions of authority.

Nan: Works for me.

Bill: Sookie, Sookie.

Sookie: I owe him. Ms Flanagan, Godric rescued me from a really large rapist who probably would’ve killed me too.

Nan: That’s nice.

Sookie:  No, listen…

Nan: Moving on.

Sookie: And then he rescued humans in that church plus a whole lot of vampires. You think it’s a PR mess now, it could have been a hundred, a million times worse. You should thank him.

Nan: For getting kidnapped? For attracting a suicide bomber? For piss-poor judgment? I think not.

Eric is up. Isabel stops him.

Isabel: Don’t.

Godric: Eric, it doesn’t matter.

Nan: Tell me about the bombing, please. Every single detail.

Godric: A boy walked in the lair. I thought he was someone’s human companion.

 

 

Scene 14: Merlotte’s – Maxine, Maryann, Arlene, Terry

 

Maxine: I sacrificed everything for that child without a thought for myself. He doesn’t notice. He doesn’t care. He isn’t grateful. He’s running wild now, he’s headed straight for hell.

Maryann comes in the bar.

Maryann: The God Who Comes demands his sacrifice. Where is Sam Merlotte?

Arlene (her eyes are black): he ain’t been here all day.

Maryann: Well, find him and bring him to me.

They all have black eyes.

Terry: A while back he was planning to leave.

Maryann: Bring him to me.

 

 

Scene 15: Andy’s hotel room – Andy, Sam

 

TV: … watch him, grab him, oh, he almost got you, Mike. He almost got you.

I mean, come on. It’s the 21st century. There’s gotta be a way… crap. That is one nutty ostrich.

 Hey, come on, Mike, come on, now, grab his hand…

Andy goes to open the door. It’s Sam; he’s naked.

Sam: I heard you were here.

 

 

Scene 16: Hotel Carmilla – Nan, Godric, Eric, Bill, Sookie, Isabel

 

Nan: What a fucking fiasco. You’re lucky I don’t send you all to the Magister. Godric, come to my suite to fill out the forms.

Godric: Soon. First I have something to say. I’m sorry. I apologize for all the harm I’ve caused, for all our lost ones, human and vampire. I will make amends, I swear it.

Nan: Take it easy, it’s just a few signatures.

Nan and two other vampires leave.

Eric: No.

Godric: Look in my heart.

Eric: You have to listen to me.

Godric: There’s nothing to say.

Eric: There is.

Godric: On the roof.

Godric leaves.

Bill: We have a score to settle.

Eric: Not now.

Bill: Yes, now.

Bill punches him.

Bill: have I made my point?

Eric: It’s done. I’m part of her now. Get out of the way.

Eric leaves.

Sookie: I’m going to find Godric.

Bill: None of this has anything to do with us. Godric is not your concern.

Sookie: If it weren’t for him, I wouldn’t be standing here. He’s in pain, he’s suffering. I gotta do something.

Bill: Don’t you think we’ve done enough for Dallas.

Sookie: You of all people should understand how he feels. What if it were you, Bill? What if in 1800 years, you were Godric?

Bill: All right, but I’m coming with you.

Sookie: I wish you could, but it’ll be dawn in a little while.

Bill: If we don’t stay long, I’ll heal.

Sookie: I will not let you take that chance. With Godric there, you don’t have to worry about me.

Bill: You are so tender-hearted, you feel obligated, I can see that. But, Sookie, in all honesty, what can you do for him?

Sookie: I don’t know. I just gotta be there. It doesn’t make sense but you understand?

Bill: I do.

 

On the roof:

Godric: Two thousand years is enough.

Eric: I can’t accept this, it’s insanity.

Godric: Our existence is insanity. We don’t belong here.

Eric: But we are here.

Godric: It’s not right. We’re not right.

Eric: You thought me there is no right or wrong, only survival or death.

Godric: I told a lie, as it turns out.

Eric: I will keep you alive by force.

Godric: Even if you could, why would you be so cruel?

Eric (in a foreign language): Godric, don’t do it.

Godric (in the same language): There are centuries of faith and love between us.

Eric (in this language, crying): Please. Please. Please. Godric.

Godric: Father. Brother. Son. Let me go.

Eric: I won’t let you die alone.

Godric: Yes, you will. As your Maker I command you.

Sookie (to Eric): I’ll stay with him. As long as it takes.

Eric leaves.

Godric: It won’t take long. Not at my age.

Sookie: You know, it wasn’t very smart. The Fellowship oh the Sun part.

Godric: I know. I thought it might fix everything somehow. But I don’t think like a vampire any more. Do you believe in God?

Sookie: Yes.

Godric: If you’re right, how will he punish me?

Sookie: God doesn’t punish, God forgives.

Godric: I don’t deserve it. But I hope for it.

Sookie: We all do.

Godric: You’ll care for him? Eric.

Sookie: I’m not sure, you know how he is.

Godric: I can take the blame for that too.

Sookie: Maybe not. Eric’s pretty much himself. Are you very afraid?

Godric: No. No, I’m full of joy.

Sookie: But the pain…

Godric: I want to burn.

Sookie: Well, I’m afraid for you.

Godric: A human with me at the end, and human tears. Two thousand years, and I can still be surprised. In this, I see God.

Sookie: Goodbye, Godric.

Godric burns. He’s gone.

Kikavu ?

Au total, 71 membres ont visionné cet épisode ! Ci-dessous les derniers à l'avoir vu...

Ocepk80 
08.02.2021 vers 12h

Alyshia 
24.12.2020 vers 00h

Fsuther 
25.04.2020 vers 11h

Emmalyne 
18.03.2020 vers 10h

LILI62100 
30.04.2019 vers 21h

IThink 
16.01.2019 vers 20h

Derniers commentaires

Avant de poster un commentaire, clique ici pour t'identifier.

Sois le premier à poster un commentaire sur cet épisode !

Contributeurs

Merci aux 2 rédacteurs qui ont contribué à la rédaction de cette fiche épisode

Ne manque pas...

Le quartier Love Victor est ouvert sur Hypnoweb !
Nouveau quartier ! | Love, Victor

Activité récente
Actualités
HypnoCup 2021 : Jessica et Hoyt toujours en course !

HypnoCup 2021 : Jessica et Hoyt toujours en course !
L'HypnoCup 2021 continue sa 8ème édition sur le thème "Love is in the air" ! Le 1er tour vient de...

HypnoCup 2021 : Jessica et Hoyt en compétition !

HypnoCup 2021 : Jessica et Hoyt en compétition !
L'HypnoCup 2021 continue sa 8ème édition sur le thème "Love is in the air" ! La 1ère partie du tour...

HypnoCup 2021 : Bill et Sookie en compétition !

HypnoCup 2021 : Bill et Sookie en compétition !
L'HypnoCup 2021 vient de débuter sur le thème "Love is in the air" ! La compétition est rude puisque...

Alexander Skarsgard - The Stand

Alexander Skarsgard - The Stand
La série The Stand (Le Fléau) sera diffusée sur CBS All Access à partir du 17 décembre 2020. Les 9...

Bill Compton en danger chez Reign

Bill Compton en danger chez Reign
Ce mois-ci dans le duel du quartier Reign, Bill Compton se retrouve emprisonné avec Matthew...

Newsletter

Les nouveautés des séries et de notre site une fois par mois dans ta boîte mail ?

Inscris-toi maintenant

Sondage

A l'approche de la Saint-Valentin, quel couple préférez-vous ?

Total : 28 votes
Tous les sondages

HypnoRooms

Sas1608, Hier à 09:04

Bonjour, le quartier de Desperate Housewives va célébrer son 16ème anniversaire. Un concours est organisé pour l'occasion. Venez participer !

pretty31, Hier à 11:21

Films à la télé cette semaine & nouvelle partie de ciné-émojis sur HypnoClap ! Et toujours les votes pour le concours d'écriture.

ShanInXYZ, Hier à 16:43

Nouvelle question dans le quizz Doctor Who, Nouveau thème dans Voyage au centre du Tardis (River Song) et N'oubliez pas de voter pour les synopsis

ptitebones, Hier à 18:28

Hello ! Les jeux sont relancés sur Star Trek Discovery

swceliikz, Hier à 19:53

Hey hey! Un nouveau calendrier ainsi qu'un nouveau sondage et une nouvelle PDM sont à découvrir sur le quartier de Shadowhunters

Viens chatter !

Change tes préférences pour afficher la barre HypnoChat sur les pages du site